La cure du béton

Buts de la cure du béton

     

Cure par couverture
plastique

Vaporisation d'un
produit de cure

 
On entend par «cure» l’ensemble des mesures qu’il faut prendre pour protéger le béton depuis sa mise en place jusqu’au développement d’une résistance suffisante, dans le but d’en améliorer la qualité. Un des risques majeurs pour le béton au jeune âge est la dessiccation précoce, qui commence en surface, se poursuit en profondeur et ne permet pas une bonne hydratation de la pâte de ciment. Or, c’est surtout dans les zones proches de la surface que la pâte de ciment doit présenter une densité élevée et une porosité minimale. Elle peut ainsi opposer une bonne résistance aux agressions extérieures et stopper la carbonatation avant qu’elle n’ait atteint les armatures. C’est aussi le premier résultat visé par la cure.
 
 

Un produit de cure coloré
permet de mieux colorer
l'application
La cure doit protéger le béton contre :
 
  •  La dessiccation prématurée provoquée par le vent, le soleil, le froid sec
  • Les températures extrêmes (chaud/froid) et les variations de températures
  • Les intempéries
  • L’action prématurée de substances nocives (huiles, etc...).

 

 

Dessiccation précoce

Il est important que les mesures prises contre la dessiccation précoce soient appliquées dès la mise en place du béton, car les effets d’une perte d’eau prématurée à la surface du béton (béton
d’enrobage) sont hautement indésirables :
  • Apparition rapide de fissures de retrait importantes
  • Perte de résistance
  • Tendance au farinage de surface
  • Réduction de l’étanchéité et de la durabilité
  • Diminution de la résistance à l’abrasion
En raison de leurs mécanismes d’hydratation spécifiques, les ciments à forte proportion de laitier (type CEM III ou ciment sursulfaté) sont particulièrement sensibles à la dessiccation précoce.
Par conséquent, il est indispensable de respecter, pour les bétons réalisés avec ces ciments, les mesures à prendre pour la cure.

Mesures à prendre contre la dessiccation précoce du béton :

  • Maintenir les coffrages en place
  • Couvrir avec des feuilles plastiques
  • Couvrir avec des bâches thermiques
  • Poser des protections qui maintiennent l’humidité (jute, nattes géotextiles)
  • Vaporiser un agent de cure
  • Arroser la surface du béton (en continu lors des grandes chaleurs)
  • Conserver les éléments sous l’eau
  • Combiner plusieurs de ces mesures

Vitesse de dessiccation
La vitesse de dessiccation dépend des facteurs suivants : température de l’air, humidité relative de l’air, température du béton et vitesse du vent.


Effet du maintien
d’une ambiance
humide sur la
montée enrésistance
du béton
au voisinage de la
surface

 

 
Conséquence
de conditions
météorologiques
défavorables sur le
retrait au jeune âge,
en présence et en
l’absence de cure
 
 
Ces deux figures illustrent l’action de ces différents paramètres et l’influence favorable de la cure.
 
 
 
 
 
Le graphique précédent, permet
d’estimer le taux horaire de
dessiccation d’une surface de béton
non couverte en tenant compte de
l’ensemble des facteurs mentionnés
ci-dessus. Il y a un risque élevé de
fissuration dès que l’évaporation d’eau
est supérieure à 1 kg/m2.h. En deçà de
0.5 kg/m2.h, le risque d’apparition de
fissures est faible.
 
 
 
 
 
 

Intempéries

Suivant leur intensité, les précipitations et autres intempéries peuvent altérer – souvent définitivement – les propriétés du béton frais et du béton durci : porosité élevée, durabilité réduite, lessivage.
En cas de gel, les délais de décoffrage doivent être prolongés du nombre de jours pendant lesquels il a gelé.
 

Différences extrêmes de température

Le béton se dilate à la chaleur et se contracte sous l’effet du froid. Lorsque ces déformations d’origine thermique sont empêchées, ou dans le cas de grandes différences de température, il peut se former des tensions internes. Si ces tensions sont plus grandes que la résistance à la traction du béton au jeune âge, il y aura fissuration. Il faut donc veiller à éviter les différences importantes de température entre le coeur et la surfaced’un béton encore insuffisamment durci. Les mesures à prendre en fonction de la température extérieure sont reprises dans le tableau ci-après. D’autres mesures visant à les éviter ou à diminuer leurs effets.

Mesures à prendre pour la cure


La méthode appliquée et la durée
de la cure dépendent essentiellement
de l’environnement immédiat et du
type de béton. La norme expérimentale
XP ENV 13670-1 (exécution des ouvrages
en béton) contient des informations
sur la durée de cure.

Conseil pratique

Pour éviter que la vaporisation d’un
produit de cure ne nuise à l’accrochage de
la couche qui sera appliquée par-dessus,
la surface du béton devra être traitée
après la fin de la cure (sablage ou
ponçage, par exemple) si besoin.

 


Mesures de cure à prendre en fonction de la température extérieure

Texte de référence

  • NF EN 206-1 (décembre 2012) : Béton - spécification, performance, production et conformité - Complément national à la norme NF EN 206-1.
  • Fasicule 65-A (2000) : Exécution des ouvrages de génie civil en BA ou BP - CCTG.
  • DTU 21 - NF P 18-201 (mars 2004) : Exécution des ouvrages en béton - Travaux de batiment.
  • XP ENV 13670 - 1 (2002) : Exécution des ouvrages en béton.