Le béton ciré est en fait un mortier très fin

Si dans tous les magazines déco, vous voyez le « béton ciré » mis en scène dans les plus belles maisons, ne vous y trompez pas : il s’agit le plus souvent d’un mélange présenté sous la forme d’un système bi-composant, dans lequel on trouve une poudre « spéciale » mélangée à l’avance, de l’eau ou du polymère. Et auquel on peut ajouter des pigments ou colorants pour la coloration.
 
Son succès est tel qu’il existe aujourd’hui des revêtements synthétiques « aspect béton ciré », et des résines qui imitent son aspect. 
Le béton ciré est, appliqué sur seulement 1,5 à 2 mm par couche, et généralement en 2 couches, à l’aide d’un outil de type lisseuse en inox. Un mode d’application qui entraîne un effet fortement « spatulé », qui va être atténué par un ponçage. La touche finale est donnée par l’application d’un produit de protection et/ou une cire qui va conférer au sol l’aspect satiné qui vaut le succès du béton ciré.
 

Le béton ciré joue les durs, mais il est sensible 

Attention, le béton ciré craint l’eau. Les puristes vous diront qu’il n’y a aucun problème : les traces laissées par une plante trop arrosée ou un verre renversé participent à son aspect rustique. Mais si vous voulez par exemple l’utiliser dans la salle de bain, mieux vaut prendre les précautions d’appliquer un traitement efficace contre l’humidité. 
 

Pour le poser : un sol propre, sain, exempt de résidus et rugueux 

Pour pouvoir appliquer correctement le mortier fin obtenu après mélange et afin qu’il adhère correctement au sol, il doit être mis en place sur un sol favorisant l’accroche sur toute la surface. Mais si vous voulez l’appliquer sur un carrelage, des précautions supplémentaires sont à prendre en compte. Une étape supplémentaire de ponçage de l’émail du carrelage s’y ajoute avant de pouvoir passer à l’étape d’après. 
 
En revanche, pas question d’appliquer directement le produit sur du plancher… ou de la moquette ! Mettez la dalle à nu si un tel revêtement y a été posé.
Si le sol présente des irrégularités, il faudra en tenir compte. Des fissures présentes sur le support, par exemple, doivent être traitées dans les règles de l’art (généralement à l’aide d’une résine epoxy sablée).
 

Préparez votre béton à vos couleurs

Vous pourrez bien sûr colorer le béton selon vos envies avec des pigments spécifiques, à mélanger soigneusement (plusieurs minutes sont nécessaires). L’idéal est d’avoir un malaxeur ou mixeur de mortier pour avoir un mélange, et donc une couleur, homogène. 
 

Appliquez votre béton à la spatule 

Le béton s’applique ensuite tout simplement avec une spatule ou encore une lisseuse en inox en une très fine couche, sans trop d’apport de matières.
L’étape de ponçage peut intervenir après un temps de séchage suffisant : il faudra patienter jusqu’à 24h voire plus selon l’épaisseur du béton.
 

Pensez à vous équiper de vos E.P.I. (Equipement de Protection Individuelle)

Pendant toute cette phase de ponçage du sol, il fortement recommandé de mettre vos lunettes de protection et masque anti-poussière :  le ponçage produit de très fines poussières, nocives pour vos poumons !
 
Dépoussiérez ensuite soigneusement le sol à l’aide d’un aspirateur adapté.
Il faudra ensuite humidifier la première couche ainsi poncée, avant d’appliquer une deuxième couche. Vous devez alors patienter le temps d’un nouveau séchage, et poncer à nouveau, avant d’envisager l’application d’un produit de protection.