fimbacte innovhacktion

EQIOM récompensée deux fois pour son concours « INNOV’HACKTION » au Festival FIMBACTE

16.10.17

EQIOM a reçu 2 prix lors du Festival Fimbacte où l'entreprise avait présenté son concours «Innov’hacktion», une première édition pour remonter les innovations au sein de l’entreprise. Ces récompenses attribuées par des jurys externes soulignent la pertinence de cette initiative de l’entreprise EQIOM lancée autour de l’ideation, la création, du co-design et du travail collaboratif. EQIOM vous en dévoile les contours.

 

Une initiative reconnue lors du festival Fimbacte

Une aventure se raconte toujours avec une histoire (un story board) et se vit  (ou se revit) avec des images (le visuel). C’est dans cet esprit qu’EQIOM a voulu raconter son concours «Innov’hacktion» lors de la 22ème édition du festival Fimbacte. La société a donc naturellement présenté ce même dossier dans 2 catégories : l’une audiovisuelle et l’autre en challenge interne dans le cadre de la motivation des salariés. Les jurys (différents dans chacune des catégories) ne s’y sont pas trompés en décelant dans l’âme ce projet un esprit pionnier, collectif et ayant généré beaucoup de plaisir et d’envie. 
 

Un concours organisé en interne sur le mode collaboratif

Longtemps porteuse d’idées nouvelles au cours de son histoire riche et variée, EQIOM a voulu remettre l’innovation au cœur de sa stratégie en lançant, en interne, la première édition d’un concours début 2017. L’innovation a été prise au sens large et ne se cantonne pas uniquement sur les produits. Elle comprend aussi bien des idées à développer que des premiers essais réalisés localement et qui demande à être connus, challengés pour être améliorés et dupliqués. Ce concours vise à favoriser l’émergence des projets depuis le terrain (bottom up) et à promouvoir le travail collaboratif, les méthodes de design thinking et de prototypage. 
 
« Ce concours répond à un double enjeu interne. En termes d’innovation, cela permet d’être plus attentif à ce qui se passe autour de nous. En termes de management, de sortir du modèle pyramidale pour tendre vers le transverse et d’impliquer ainsi l’ensemble des collaborateurs.» commente François Marois, membre de l’équipe organisatrice.
 
C’est d’ailleurs sur le mode du prototypage qu’a été conçu le trophée qui récompense les différents lauréats. Les 17 facilitateurs (correspondants régionaux des métiers, engagés dans la réussite de ce projet), ont été réunis dans le FabLab d’Ici Montreuil et ont élaborés par équipes plusieurs prototypes. A la suite d’une présentation de chaque maquette de trophée, un vote démocratique a désigné l’objet final. Ce dernier a alors été peaufiné et amélioré jusqu’a son rendu final !
 
Un autre enjeu et non des moindres fut de trouver un nom inspirant à ce concours. Ainsi, pour symboliser un état d’esprit curieux et collectif, le projet a été baptisé Innov’Hacktion, né de la contraction de Innovation et Hacker au sens « noble » du terme, c’est-à-dire qui « s’approprie pour transformer ».
 

De nombreux projets venant du terrain bâtis autour de l’innovation

 
Lancé en Janvier 2017, les participants bénéficiaient de 4 mois pour inscrire leur projet à l’aide d’un formulaire unique et obligatoire afin de mettre tout le monde sur un même pied d’égalité de format. Il s’agissait, soit de décrire une réalisation innovante déjà mise en œuvre mais à une échelle locale et artisanale, donc sujète à amélioration et duplication, soit simplement de décrire une idée porteuse de sens dans le milieu professionnel à laquelle il faudrait donner vie par du dévoloppement et du prototypage. 
 
Le spectre de l’innovation était couvert par 4 catégories : 
 
  • Procédés et Techniques,
  • Matériels et Outils,
  • Produits et Services
  • Organisations et Management
 
Des équipes pluridisciplinaires se sont formées et ont soumissionné, souvent avec le soutien et l’accompagnement des facilitateurs. La date de clôture des dossiers avait été fixée au 15 mai 2017 et le succès a été au rendez-vous avec pas moins de 112 dossiers présentés impliquant près de 300 personnes. Homogéneité d’engagement constatée  à la fois dans les inscriptions dans les 4 catégories et dans les 4 métiers (ciment, béton, granulat et support).
 

Un processus de sélection séquencé et des remises de prix par un jury principalement externe

 
La sélection  des projets s’est faite en 2 étapes à l’aide d’un jury de 11 personnes. Ce jury était majoritairement constitué de personnes extérieures à EQIOM. Il comprenait des architectes, des managers de FabLab, d’écoles d’ingénieurs, des gérants de société de transport, des consultants en innovation. Il s’est réuni lors d’une première séance afin de sélectionner une première vague de 32  dossiers. Les « nominés » ont eu alors 4 semaines pour préparer une soutenance orale de leurs projets de 5 minutes sous un format libre. Ainsi, fin juin, une deuxième session a été organisée au L.A.B. (Lesquin Assistance Business), centre technique d’EQIOM basé à Lesquin et dans une ambiance chaude et passionnée, les équipes sont venues défendre leurs dossiers. A l’issue d’une délibération riche et animée, les 9 lauréats on été désignés : 1 prix par catégorie, un prix spécial du Jury et un prix pour souligner les valeurs transverses chères à EQIOM et portées par les projets  : la sécurité, le bien-être, le développement durable, le travail collectif. 
 
A l’issue de cette journée dense et rythmée, un moment de détente et de convivialité a permis, toujours au sein du L.A.B., de rassembler les équipes et fêter ensemble la réussite de cette première édition, autour d’ateliers innovants…
 

Un projet innovant qui continue au-delà du concours

 
« Ce concours n’est pas une finalité en soi au regard de l’innovation. Bien au-delà, s’il a permis de désigner des lauréats à travers les yeux d’un jury, il faut aussi profiter du gisement d’innovations venues du terrain et se pencher avec un œil avisé sur d’autres dossiers non primés et ayant du potentiel à déceler par les métiers eux-mêmes » souligne Sébastien Yafil, membre de l’équipe organisatrice. Quant aux 9 dossiers primés, ils vont être étudiés, déployés afin d’en tirer la substantielle valeur, toujours dans un état d’esprit de travail collaboratif en utilisant si besoin des techniques de design thinking ou en organisant des hackatons.
 
Encore beaucoup de travail donc avant de lancer la 2ième édition, certainement en 2019. A suivre…